"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 9 juillet 2017

Cinquième Dimanche après la Pentecôte



Commentaire quotidien de l\


 Romains 10:1-10; Matthieu 8:28-9:1


Les Gadaréniens ont vu le miracle merveilleux du Seigneur, quand il chassa une légion de démons, et pourtant, la ville entière sortit et pria le Seigneur qu'il parte de leurs côtes. Nous n'observons pas qu'ils se comportent avec hostilité envers le Seigneur, mais nous n'observons pas non plus une quelconque foi en eux. Ils sont pris d'une sorte de crainte indéterminée, ce qui fait que leur seul désir est que le Seigneur les quitte, pour aller là où Il veut , "pourvu qu'Il que ne [les] touche pas." 
Ceci est la véritable image de personnes qui vivent en paix avec leurs possessions. Un ordre de choses s'est formé autour d'eux qui n'est pas défavorable, ils sont habitués, ils n'ont ni la pensée, ni la nécessité de changer ou d'inverser quoi que ce soit, et ils ont peur de franchir une nouvelle étape. Ils estiment, cependant, que si une injonction venait d'en haut, la crainte de Dieu et leur conscience les forcerait à renoncer à l'ancienne et à accepter quelque chose de nouveau. 
Par conséquent, ils s'efforcent d'éviter toute circonstance qui pourrait les conduire à de telles convictions, afin de pouvoir continuer à vivre tranquillement dans leurs vieilles habitudes, en plaidant l'ignorance. Ce sont le genre de personnes qui ont peur de lire les Evangiles et les livres des Pères, ou de discuter de questions spirituelles. Ils craignent que si leur conscience est troublée par cela, elle pourrait se réveiller et commencer à les forcer à abandonner ce qu'ils avaient, et à entreprendre autre chose.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

samedi 8 juillet 2017

Samedi de la Cinquième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

Romains 8:14-21; Matthieu 9:9-13


Quand quelqu'un, par sa crainte de Dieu et les exigences de sa conscience a déjà réveillé une soif pour des choses spirituelles, il possède un certain sens lui permettant de comprendre la signification des mots relatifs à la sphère spirituelle, bien qu'ils puissent être revêtus de la forme d'une parabole. Pour ces personnes une parabole ne cache pas la vérité, mais elle la révèle plutôt encore plus clairement. Mais celui qui n'est pas dans cette disposition ne comprend pas tout contenu spirituel décrit sous la forme d'une parabole. Même si l'on devait lui offrir une parole sur ces sujets qui n'était pas sous la forme d'une parabole, il comprendrait les mots, et ne comprendrait pas l'essence de la question. Ce serait aller contre l'ensemble de ses notions, et cela lui semblerait être une absurdité dont il n'hésiterait pas à se moquer.
C'est précisément pourquoi le Seigneur a parlé au peuple en paraboles. Celui qui y est spirituellement incliné comprendra une parabole, alors que quelqu'un qui n'a aucune inclination dans ce sens ne comprendra pas, peu importe ce que vous dites. Parce qu'en voyant ils ne voient point, et qu'en entendant ils n'entendent ni ne comprennent… Car le cœur de ce peuple est devenu insensible (Matthieu 13:12-15). En attendant, la parabole ne prive pas de l'instruction nécessaire ceux qui étaient capables de voir la vérité cachée: Car à quiconque qui a, il lui sera donné, et il sera dans l'abondance.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

vendredi 7 juillet 2017

Vendredi de la Cinquième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

Romains 16:1-16; Matthieu 13:4-9


La parabole du semeur dépeint les diverses relations des âmes vis-àvis de la Parole de Dieu. Dans le premier groupe se tiennent ceux qui ne tiennent pas du tout compte de la Parole. Ils entendent, mais ce qui est entendu n'entre pas dans leur âme, cela reste à sa surface, comme la graine au bord du chemin. La Parole ne leur correspond pas parce qu'ils ont une autre façon de penser, d'autres principes, d'autres goûts. C'est pourquoi elle disparaît rapidement de la mémoire, est oubliée, comme si elle n'était pas du tout entendue. Le second groupe est celui de ceux qui écoutent la Parole de bon gré et la reçoivent rapidement, mais ils ne veulent assumer aucun labeur pour l'accomplir. Par conséquent, ils se délectent de la Parole, surtout de ses promesses, jusques au temps où un sacrifice est nécessaire. Dès que la nécessité se fera sentir de sacrifier quelque chose pour la fidélité à la Parole, ils la trahissent, en renonçant à la fois à la Parole et à ses promesses, afin de répondre à leurs attachements. Le troisième groupe est celui de ceux qui reçoivent la Parole et commencent à vivre selon elle, mais ensuite se livrent à de nombreux problèmes et afflictions du monde, aux soucis terrestres, qui suppriment toutes les bonnes entreprises qui venaient sous l'influence des la Parole de Dieu. Le quatrième groupe est celui de ceux qui reçoivent la Parole avec foi et détermination pour vivre selon ses besoins, avec une disponibilité pour tous les sacrifices et tout labeur, et ne permettent pas à leur coeur d'être lié à quoi que ce soit de terrestre. Asseyez-vous et que chacun de vous décide auquel de ces groupes il appartient.



Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

jeudi 6 juillet 2017

Jeudi de la Cinquième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

Romains 15:17-29; Matthieu 12:46-13:03


Car, quiconque fait la volonté de mon Père Qui est aux cieux, celui-là est mon frère, ma sœur et ma mère. Par ceci, le Seigneur nous donne de savoir que la parenté spirituelle qu'il est venu à planter et élever sur la terre n'est pas la même que la parenté charnelle, bien que dans la forme de ses relations, le spirituel est semblable au charnel. 
Le spirituel contient aussi des pères et des mères, ce sont ceux qui donnent naissance aux personnes avec la parole de vérité ou l'Evangile, comme le dit l'apôtre Paul. Et il contient aussi des frères et sœurs, ce sont ceux qui sont nés spirituellement d'une personne et grandissent en un seul esprit. La connexion entre proches [spirituels] est fondée sur l'action de grâce. Elle n'est pas externe, et n'est pas superficielle, mais aussi profonde et vivante que la connexion charnelle, seulement elle a sa place dans une autre sphère beaucoup plus élevée et plus importante. C'est pourquoi elle prédomine sur le charnel, et lorsque cela est nécessaire, elle apporte la chair comme un sacrifice de ses intérêts spirituels, sans regret, en toute certitude que ce sacrifice est agréable à Dieu et qu'il est requis par Lui.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

mercredi 5 juillet 2017

Mercredi de la Cinquième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

Romains 15:7-16; Matthieu 12:38-45


En chaque personne qui vit sans repentance dans le péché, vit un démon, comme s'il était dans une maison, prenant tout en charge en lui. Lorsque, par la grâce de Dieu un tel pécheur vient à la contrition de ses péchés, se repent et cesse de péché, le démon est chassé de lui. D'abord, le démon ne pas déranger celui qui s'est repenti, parce qu'il y a chez lui au début beaucoup de ferveur, qui brûle les démons comme un feu, et les repousse comme une flèche. Mais alors, quand la ferveur commence à se refroidir, le démon approche de loin avec ses suggestions, jette dans les mémoires les plaisirs anciens et l'appelle à eux. Si le pénitent ne se  méfie, il va bientôt passer d'une sympathie à un désir pour le péché; s'il ne se ressaisit pas et retourner à l'état de sa sobriété ancienne, alors une chute n'est pas loin. 
Du désir naissent l'inclination pour le péché et la décision de le commettre,  le péché intérieur est prêt, le péché extérieur n'est que l'attente d'une occasion propice. Quand une occasion se présente, le péché sera accompli. Alorss le démon entrera à nouveau, et commencera à conduire une personne de péché en péché encore plus rapidement qu'auparavant. Le Seigneur dépeint cela avec la parabole sur le second retour du démon dans la maison propre et balayée.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

mardi 4 juillet 2017

Mardi de la Cinquième Semaine après la Pentecôte



Thessaloniciens 2:14-19; Luc 11:23-26


Celui qui n'est pas avec moi est contre moi, et celui qui n'assemble pas avec moi disperse. Il s'avère que l'on peut œuvrer pendant une longue période et penser que toutes sortes de biens sont assemblés, mais cela n'est rien, si ce n'était pas assemblé avec le Seigneur. Qu'est-ce que cela signifie assembler avec le Seigneur? Œuvrer et agir selon la foi dans le Seigneur, selon Ses commandements, avec l'aide de Sa grâce, étant inspiré par Ses promesses, vivre de telle sorte que l'esprit de la vie, c'est l'esprit du Christ. 

Dans le monde il y a deux domaines le bien et le mal, la vérité et le mensonge. Seule le bien et la vérité constituent une vraie possession qui est durable et valable, mais le bien et la vérité ne proviennent que de l'Éternel, et sont acquis uniquement avec Son aide. 

Il est clair que celui qui n'assemble pas avec le Seigneur ne recueillera pas la vérité et le bien, il ne recueillera pas ce qu'on pourrait appeler la possession véritable, qui est durable et de valeur. Peu importe ce que rassemble une telle personne, tout cela ne sert à rien, tout ce labeur est vain, gaspillage inutile d'énergie et de temps.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

lundi 3 juillet 2017

Lundi de la Cinquième Semaine après la Pentecôte

Commentaire quotidien de l\

Romains 12:4-5, 15-21; Matthieu 12:9-13


Il est permis de faire du bien sur le jour du sabbat. C'est ce que le Seigneur a dit après la guérison d'un homme avec une main sèche dans la synagogue le jour du sabbat comme un reproche aux Pharisiens, qui menaient le commandement sur le repos du sabbat si loin qu'ils mesuraient même le nombre de pas qu'ils pourraient faire ce jour-là. Mais comme il n'est pas possible de faire de bonnes actions sans mouvement, ils étaient plutôt d'accord de négliger les bonnes actions que de permettre tout mouvement supplémentaire. Le Sauveur les a dénoncés sans cesse, parce que le sabbat était le repos nécessaire des soucis du monde et non celui des actes de piété et d'amour fraternel. Dans le christianisme, au lieu du jour du sabbat, le dimanche est célébré avec le même but le repos de tous les affaires du monde et de dévouement de ce jour uniquement aux actes de Dieu. Le bon sens chrétiens n'a jamais atteint la petitesse pharisaïque au sujet des choses  qu'on ne fait pas le dimanche, mais néanmoins l'allocation permise pour faire des choses en ce jour a été fixée bien au-delà des limites appropriées. Ne pas faire certaines choses aliénait les pharisiens, les empêchant de faire de bonnes actions, alors que les choses que se permettent de faire les chrétiens sont celles qui  les éloignent des bonnes actions. Dans la soirée, avant dimanche, ils vont au théâtre, puis à quelques autres divertissements ainsi. Dans la matinée, ils ont trop dormi et il n'y a pas de temps pour aller à l'église. Il y a plusieurs visites, le déjeuner et le soir à nouveau divertissement. Ainsi tous le temps est relégué au ventre et à plaire aux autres sens, il n'y a pas de temps pour même se souvenir de Dieu et des bonnes actions.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

dimanche 2 juillet 2017

Quatrième Dimanche après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

Rom. 6:18-23; Matt. 8:5-13

Quelle foi a le centurion! Le Seigneur Lui-même est émerveillé. L'essence de cette foi, c'est qu'il a confessé que le Seigneur est le Dieu de toutes choses, un souverain omnipotent et maître de tout ce qui existe, pour cette raison, il l'a imploré ainsi: dis seulement une parole, et mon serviteur sera guéri. Je crois que tout est sous Ton autorité et tout obéit à Tes moindres signe. Le Seigneur exige la même foi de nous également. Celui qui a cette foi ne connaît pas de manque, et tout ce qu'il demande, il le reçoit. Ainsi, l'a promis le Seigneur Lui-même. Oh, quand aurons-nous, seulement un peu d'une telle foi! Mais cette foi est aussi un don; nous devons la demander pour nous aussi, et la demander avec foi. Prions pour l'avoir, avec un sentiment de nécessité, demandons-la sans cesse, avec ferveur, dans le même temps aider son déroulement en nous par la pensée correspondante, et surtout en nous soumettant aux commandements de Dieu.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

samedi 1 juillet 2017

Samedi de la Quatrième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

Romains 6:11-17; Matthieu 8:14-23


À l'un de ceux qui voulaient suivre le Seigneur, Il dit: Le Fils de l'homme n'a pas où reposer Sa tête, et à un autre qui voulait d'abord enterrer son père, il dit de laisser les morts, d'autres les enterreraient, mais toi suis-moi! Cela signifie que celui qui veut suivre le Seigneur ne doit pas s'attendre à la consolation sur la terre après avoir choisi de le suivre, mais seulement aux privations, à l'indigence et aux afflictions, et cela signifie que les soucis du monde, même les plus légitimes, ne sont pas compatibles avec le fait de Le suivre. Il est nécessaire de renoncer à tout de manière décisive, afin que rien ne nous attache à la terre, puis de nous condamner à de nombreuses souffrances ou à notre croix. Etant ainsi préparé, suis le Seigneur. C'est la volonté directe du Seigneur! Mais ce commandement est-il seulement pour les apôtres, ou pour tous les chrétiens? Que chacun le comprenne lui-même. Se renier et prendre la croix. Etait-ce dit à tout le monde? Tu aimeras le Seigneur plus que père et mère, frères et sœurs, femme et enfants, est-ce dit à tout le monde? La conclusion est claire. Que devrions-nous faire? Un jour les apôtres posèrent la même question au Seigneur, et Il leur répondit: Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu (Luc 18:27).


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

vendredi 30 juin 2017

Vendredi de la Quatrième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

Romains 11:25-36; Matthieu 12:1-8

Si vous saviez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices, vous n'auriez pas condamné des innocents. Ainsi, afin d'être sauvé du péché de la condamnation, nous devons obtenir un cœur miséricordieux. Un cœur miséricordieux, non seulement ne condamne pas une violation apparente de la loi, mais il ne condamne pas non plus  une violation évidente de celle-ci. Au lieu de la condamnation, il ressent de la pitié, et pleurerait plutôt que de faire un reproche. Vraiment le péché de la condamnation est le fruit d'un cœur  impitoyable,  malicieux qui prend plaisir à rabaisser son prochain, en noircissant le nom de son prochain, en piétinant son honneur sous les pieds. C'est une affaire meurtrière, et elle se fait dans l'esprit de celui qui est meurtrier dès le commencement [Jean 8:44]. Ici, il se produit beaucoup plus que de la calomnie, qui vient de la même source car c'est ce qu'est le Diable, un calomniateur, répandant partout la calomnie. Hâtez-vous d'éveiller la pitié en vous chaque fois que l'envie de condamner le mal vient en vous. Puis tournez-vous dans la prière au Seigneur avec un cœur compatissant, pour qu'il puisse avoir pitié de nous tous, non seulement de celui que nous voulions condamner, mais de nous aussi peut-être encore plus,  et l'envie malicieuse mourra.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

jeudi 29 juin 2017

Jeudi de la Quatrième Semaine après la Pentecôte



Romains 11:13-24, Matthieu 11:27-30

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. O divin, ô chère, ô douce voix qui es Tienne! Suivons tous le Seigneur qui nous appelle! Mais d'abord, nous devons éprouver quelque chose de difficile et de pénible pour nous. Nous devons sentir que nous avons beaucoup de péchés, et que ces péchés sont graves. De ce sentiment naît la nécessité de chercher un soulagement. La foi nous montrera ensuite que notre seul refuge est dans le Seigneur et Sauveur, et nos pas se dirigeront vers Lui. Une âme qui désire être sauvée des péchés sait ce qu'il faut dire au Seigneur: "Ôte mon lourd fardeau de péché de mes épaules, et je prendrai ton joug aisé." Et cela se fait comme ceci: le Seigneur pardonne les péchés, et l'âme commence à marcher dans Ses commandements. Les commandements sont le joug, et les péchés sont le fardeau. Mais en comparant les deux, l'âme trouve que le joug des commandements est léger comme une plume, tandis que le fardeau des péchés est lourd comme une montagne. N'ayons pas peur d'accepter facilement le joug aisé du Seigneur et Son fardeau léger. Par aucun autre moyen nous nous pouvons trouver de repos pour nos âmes.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

mercredi 28 juin 2017

Mercredi de la Quatrième Semaine après la Pentecôte

Commentaire quotidien de l\


Romains 11:2-12; Matthieu 11:20-26

Le Seigneur donna de nombreux signes à Capharnaüm, à Bethsaïde et à Chorazin, et pourtant le nombre de ceux qui croyaient ne correspondait pas à la puissance des signes. C'est pourquoi il a sévèrement dénoncé ces villes et les a condamnées: le Jour du Jugement sera plus tolérable pour Tyr et Sidon, Sodome et Gomorrhe, que pour ces villes. Nous devons nous juger selon un tel modèle. Combien de signes le Seigneur a montré à la Russie, la sauvant de ses ennemis les plus puissants et lui soumettant les peuples! Combien de trésors lui a-t-Il accordée, déversant sans cesse des signes dans les saintes reliques et les icônes thaumaturge disséminées dans toute la Russie! Et pourtant, de nos jours les russes commencent à se détourner de la foi: un groupe tombe dans l'incrédulité totale, un autre groupe chute dans le protestantisme, un troisième groupe est tisse secrètement ses propres croyances, pensant combiner le spiritisme et les délires théologiques avec la Divine Révélation. Le Mal est en croissance; les croyances mauvaises et l'incrédulité élèvent leur tête, tandis que la foi et l'orthodoxie s'affaiblissent. Retrouverons-nous nos esprits?... 
Nous finirons comme les Français, par exemple, ou d'autres... Mais si cela arrive, que pensez-vous qu'il nous adviendra au jour du jugement, après que Dieu ait montré tant de miséricorde pour nous? Ô Seigneur! Aie pitié et sauve la Rus' orthodoxe de ta menace juste et droite!


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

mardi 27 juin 2017

Mardi de la Quatrième Semaine après la Pentecôte



Commentaire quotidien de l\


Romains 10:11-11:2; Matthieu 11:16-20

Le Seigneur dit que nous, ne nous dirigeant pas par les Evangiles, sommes comme ceux à qui on chante des chants joyeux, mais qui ne dansent pas, à qui on chante des chansons tristes, et qui ne pleurent pas. Vous ne pouvez rien faire avec eux. Le Royaume des Cieux nous est promis, très brillant et joyeux, mais nous sommes impassibles, comme si on ne s'adressait pas à nous. Nous sommes menacés d'un jugement impartial et de tourments sans fin, mais nous ne sommes pas alarmés; c'est comme si nous n'entendions pas. Opprimés, nous avons perdu tout sentiment de véritable auto-préservation. Nous cheminons comme ceux qui sont conduits directement à la destruction, et nous ne nous soucions pas de notre destin.
Nous avons perdu courage, nous abandonnant à la négligence, ce qui sera, sera! Regardez notre état! N'est-ce pas la raison pour laquelle les suicides sont si fréquents? C'est le fruit des enseignements modernes et des vues sur l'homme et sur son insignifiance! Il y a des progrès pour vous! Il y a l'illumination! Il serait préférable d'être totalement ignorant, mais de sauver votre âme avec la crainte de Dieu, que, ayant atteint la stature d'une personne éclairée, de périr pour les siècles, sans jamais penser durant votre vie entière à ce qui se passera après la mort.
Pas un seul iota de la parole de Dieu ne passera, qui décrit à la fois le Royaume céleste et l'enfer, tout sera comme il est écrit. Prends tout cela à cœur, comme quelque chose qui te touche personnellement, et prends soin de toi, de toute ta force, et aussi longtemps qu'il reste du temps pour ce faire.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

lundi 26 juin 2017

Lundi de la Quatrième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

Romains 9:18-33; Matthieu 11:2-15


Le Royaume des Cieux souffre violence, et les violents s'en emparent par la force. Le Royaume souffre  violence, c'est-à-dire qu'il est atteint par la violence, avec le travail, la force, et de difficiles luttes spirituelles; donc seuls ceux qui mènent une vie emplie de labeurs ascétiques [podvig] l'atteignent. C'est ainsi que l'on renonce à la consolation de toute sorte sur le chemin vers le Royaume. Les plaisirs de tous les types nous éloignent grandement du Royaume, mais en ces jours, nous avons pour seul souci les plaisirs, parfois émotifs, mais le plus souvent charnels: manger, boire, s'amuser, faire la fête et se prélasser en toute chose. Nous avons dit au Royaume, "Je te prie de m'excuser", bien qu'il y ait  une fête dans le Royaume, un festin royal, si somptueux que nous ne pouvions même pas l'imaginer, car nous n'en avons pas le goût. Ce qui y est considéré comme doux, nous est amer; ce qui y est agréable, pour nous, est répugnant, ce qui y réjouit, est pour nous un fardeau, nous cheminons de manière totalement séparée. Et le Royaume, avec les violents qui s'en emparent, se retire de nous. Nous sommes heureux, même prêts à les chasser plus vite, en effet, nous avons déjà commencé à en parler, mais le Malin n'a pas encore réussi à organiser cela.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

dimanche 25 juin 2017

Troisième dimanche après la Pentecôte.


Commentaire quotidien de l\

Romains 5:1-10; Matthieu 6:22-33


Si donc ton œil est en bon état [1], ton corps tout entier sera rempli de lumière. Mais si ton œil est mauvais, ton corps tout entier sera rempli de ténèbres. Ici l'esprit est appelé l'œil, et toute la composition de l'âme est appelée le corps. Ainsi, lorsque l'esprit est simple, alors il y a de la lumière dans l'âme, quand l'esprit est mauvais, alors il fait sombre dans l'âme. Que sont un esprit simple et un esprit mauvais? 
Un esprit simple est celui qui accepte la Parole de Dieu comme elle est écrite, et il est convaincu indubitablement que tout est en vérité comme il est écrit. Il n'a pas de tromperie, pas de flottement, ni d'hésitation. 
Un esprit mauvais est celui qui s'approche de la parole de Dieu avec ruse, contestation astucieuse, et questionnement. Il ne peut pas directement croire, mais il soumet la parole de Dieu à ses sophismes. Il aborde la Parole non pas comme un disciple, mais comme un juge et un critique, pour tester quelque chose qui y est dit, et puis s'en moque, ou bien dit d'une façon hautaine: "Oui, pas mal." Un tel esprit n'a aucun principe ferme, car il ne croit manifestement pas à la Parole de Dieu, et sa logique propre est toujours instable, aujourd'hui d'une façon, demain d'une autre. Il n'a qu'indécision, confusion, questions sans réponses, tout est hors de propos avec lui, et il marche dans les ténèbres, tâtonnant sur son chemin. 
Un esprit simple voit tout clairement: chaque chose en lui a un caractère définitif, déterminé par la Parole de Dieu. C'est pourquoi chaque chose en lui a sa place, et il sait exactement comment se comporter par rapport aux choses; il chemine le long de routes ouvertes, visibles, avec une assurance complète qu'elles mènent au but véritable.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

[1] En slavon, le texte dit: Si ton œil est pur.